Une visite rendue aux Sœurs Dominicaines de Langeac

Monastère de sainte Catherine
dimanche 5 novembre 2017
par  Ronald Witherup
popularité : 3%

Le week-end du 20 octobre 2017 fut un week-end actif au couvent de Sainte Catherine de Sienne à Langeac, en Auvergne. Les soeurs dominicaines cloîtrées y tenaient, le 21 octobre, la réunion annuelle de l’association qui soutient le couvent. Elles y avaient invité le père Ronald D. WITHERUP, pss, pour y être leur intervenant principal : il y a présidé la Messe d’ouverture et puis il a fait un exposé sur la proximité qui existait entre la Bienheureuse Agnès de LANGEAC, à l’époque supérieure du couvent, et Monsieur Jean-Jacques OLIER, prêtre et fondateur de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice.

Le père OLIER, alors abbé du monastère augustinien voisin de Pébrac, avait appris l’existence d’une « sainte femme » qui vivait à Langeac et il alla lui rendre visite au cours de l’une de ses missions dans la région. Quand il rencontra Mère Agnès, à son grand étonnement, il réalisa que c’était la femme qui lui avait apparu en songe, lui disant : « Je pleure pour vous » et lui indiquant que la Sainte Vierge Marie lui avait demandé de prier pour « mon fils, l’abbé de Pébrac ».

Bien que ces deux grandes personnalités du 17e siècle ne furent en contact étroit que peu de temps, jusqu’à la mort de Mère Agnès à l’âge de 32 ans, ils ont pu néanmoins montrer la valeur de l’étroite collaboration d’hommes et de femmes pour le bien de l’évangile de Jésus-Christ. Par ses prières et ses souffrances, Mère Agnès a aidé Monsieur OLIER à rester fidèle à son service sacerdotal dans l’Eglise. Par sa vision et son esprit apostolique, le père OLIER est devenu une personnalité clé au service du renouveau de l’Eglise du 17e siècle en fondant des séminaires en France et en aidant à revivifier la foi qui avait un grand besoin de renouvellement.

Pendant les deux journées qui suivirent l’assemblée, le père WITHERUP, bibliste, fit quelques enseignements spirituels aux sœurs les informant des derniers développements dans l’étude des lettres de saint Paul.

Ci-dessous quelques photos de la rencontre avec les Soeurs de Langeac.